mercredi 11 décembre 2013

Wattstax (Mel Stuart, 1973), ou le "Woodstock Noir"...!

" I'm somedy !" [Litanie du révérend et militant Jessie Jackson]

On connaît le célèbre festival musical donné en 1969, mais beaucoup moins celui-ci 
(sans doute du fait qu'il soit rattaché à des faits nationaux, et à une communauté en particulier...).


Bref, qu'est-ce que Wattstax


Wattstax est un documentaire retranscrivant le concert donné le 20 août 1972, au Los Angeles Coliseum, 
à l'occasion du 7ème anniversaire des émeutes noires (relativement violentes) de 1965.

Organisé par la Stax Records (implantée à Memphis, elle est l'une des maisons de productions les plus importantes de Soul ; plus d'infos ici)
ce concert événement -souvent désigné comme le "Woodstock noir"- , réunis de nombreuses stars de la musique afro-américaine de l'époque, 
tel le chanteur de rhythm and blues Rufus Thomas, ou le plus soul Isaac Hayes [B.O. de Shaft de Gordon Parks (1971) , etc.], 
en passant par le bluesman Little Milton, le groupe funk The Bar-Kays, ou encore le groupe de gospel The Staple Singers... 


Jesse Jackson et Isaac Hayes : libérés des chaînes ?!

 Mais parallèlement aux passages musicaux, ce documentaire s'intéresse aussi à la vie de la communauté afro-américaine du quartier de Watts au début des années 1970, à travers différents témoignages d'habitants et de quelques personnalités, comme le comique Richard Pryor ou le cinéaste Melvin Van Peebles (célèbre par son film Sweet Sweetback's Baadasssss Song, 1971 ; qui a notamment lancé le courant de la Blaxploitation). 
On peut également noter la présence de Ted Lange (Isaac Washington dans La croisière s'amuse) qui fait sa première apparition à l'écran...*
(*Ce texte est repris de la présentation donné par le lien de Vimeo, repris également de Wikipédia ; pardon pour cette légère flemme).


Le L.A. Coliseum

Le film est visible en Vostfr ici : Wattstax (Mel Stuart, 1973 ; Vostfr)


Pour avoir un avis un peu plus complet, je vous invite à consulter cet article :

Et puis si vous êtes un peu curieux, vous trouverez également sur cette page Vimeo le western réalisé par Sidney Poitier,  
Buck et son complice (Buck and the Preacher, 1972), en sa présence, avec Harry Belafonte, et en Vostfr également.
Sinon, bâh, ça fera l'objet d'un article plus tardif (!)

En ces temps hivernaux et d'hommage au regretté Nelson Mandela, 
j'espère que cela vous redonnera un peu de baume au coeur, et de chaleur musicale surtout.

Bon visionnage, et à bientôt (avec moins de délai ce coup-ci, espérons...!).
La bise !

samedi 3 août 2013

Acclimatation(s)

[Palais Garnier  - Août 2013]

Bonjour cher lecteur,


Après quelques temps d'absence (pardon...), un (bref) retour...!
(Malheureusement, la procrastination se porte toujours aussi bien avec le temps...).


Quelques nouvelles cependant...

Un article sur un acteur relativement méconnu était en projet, mais ça traîne encore, 
mais je tiens à ce qu'il se fasse un de ces jours...

Du côté personnel, la dernière chose à faire, avant de se poser l'éternelle question
 du "qu'est-ce qu'on fait ensuite ?
-dénommé "mémoire"...- traîne toujours autant...

Mais le déménagement s'est bien passé, on s'adapte et s'intègre tout doucement 
à une ville plus ou moins méconnue.
On découvre, on découvre...

Néanmoins, des petits coups de coeur au cours du mois dernier, 
l'un littéraire, l'autre cinématographique : 


Transat d'Aude Picault



Une bande dessinée, pas réellement récente (2009)
mais qui reflète un peu l'envie de changement du moment...

Un petit aperçu de la chose...
 



Le Congrès d'Ari Folman 
 (mais si, Valse avec Bachir (2008), c'est lui...)

Le Congrès d'Ari Folman (2013)


Adapté du livre de science-fiction Le Congrès de Futurologie de Stanislas Lem, Ari Folman présente une oeuvre complexe, mais avec une belle réflexion sur la politique des studios, mais surtout sur l'acteur : sur Robin Wright en particulier, mais plus généralement sur la question de l'image, la représentation, le temps, la désuétude, et l'illusion dans laquelle celui-ci tend à nous amener...


Harvey Keitel, remarquable...

"Luxe, calme, et volupté..." (?)

(Saviez-vous que Robin Wright, l'actrice principale du film,  interprétait Jenny dans Forrest Gump...? Fichtre...).

Robin Wright dans Le Congrès (Ari Folman, 2013)
 
Autrement - et histoire de traîner un peu plus devant l'écran...-, on s'est mis tout doucement à la série Dexter...
 



Voilà pour les nouvelles actuelles...!
J'espère que vous allez bien, n'hésitez pas à envoyer des petits messages, 
et j'espère vous retrouver bientôt avec des choses un peu plus consistantes à vous mettre sous les yeux !

Bon week-end, et bonnes vacances pour les plus chanceux d'entre-vous ; 
Profitez-bien du soleil en tous les cas ! ;)

dimanche 14 avril 2013

Quand le retard s'accumule...

Laisser pousser ses idées...

Cher visiteur qui passe par-ici, bonjour !
(et merci d'être encore là...!)

J'avoue que cela fait un moment que je ne suis pas passée par ici (depuis début Janvier, outch...), pardon...

Ce n'est pas que je ne veux pas, mais soit je n'ai pas spécialement les idées, 
soit j'ai peur de poster des choses qui peuvent paraître idiotes, ou déjà vues 
(la circulation des infos est tellement rapide que...)
mais ça reviendra, bientôt, bientôt..." ! :)

Depuis ce début d'année, il y a eu pas mal de changement -dont un plutôt conséquent...- qui se profile à l'horizon...

Les études tendent à se terminer, et malgré un mémoire qui traîne (...), la fin est pour bientôt.

Le diplôme à la clé ne me qualifie pas vraiment, du coup je ne sais pas trop ce que je vais faire ; 
Ce gros point d'interrogation traîne depuis quelques années maintenant, mais là...
(D'autant plus que même si l'idée de refaire une formation se profile, je n'ai aucune idée du domaine dans lequel m'exercer...).

Bref', j'ai un peu l'impression qu'avec le temps, ce cursus, tout aussi intéressant soit-il, m'a pas mal découragée, déprimée, puis blasée...
L'impression d'avoir un sacré brouillard épais dans la tête pour ce qui concerne cet avenir (proche). 

Une grosse envie de changements en somme, mais je ne sais quoi, ni comment.  

...en attendant, ça germe...

La seule chose dont je suis sûre pour le moment, et qui s'avère relativement stable, concerne le déménagement...
J'arrive sur la capitale.

Donc cher lecteur, 
si tu te situes dans cette cité (furtivement ou non...)
et que tu souhaites faire de nouvelles rencontres (ou du moins me rencontrer...)
ce sera avec plaisir (et timidité, et réserve ; parce qu'on ne change pas tout à fait du jour au lendemain... Oups) !

Voilà pour les nouvelles ; j'espère pouvoir revenir très prochainement avec des idées toutes fraîches, 
mais en tous cas, sachez que je ne suis pas bien loin sinon ... 
(Le mail peut être un allié aussi... :)).

En espérant que tout aille bien pour vous en tous les cas, et avoir de vos nouvelles bientôt !

Bon dimanche, sous ce splendide soleil !

Kezako. 
(Ps : Désolée pour la qualité photo, je ne maîtrise pas encore bien...)

mercredi 16 janvier 2013

Bouh...'ne année !

Hundertwasserhaus [Photo by Fildefer]

Boooûuh...!, c'est ce que la petite dernière de mon colocataire n'arrête pas de faire.
(Petite tactique d'approche aussi quand elle ne connaît pas très bien une personne, et qui fait tout son charme, bigre... :))

Bouh ! également pour ce retard de billet, qui ne cesse d'augmenter
(La résolution pour lutter contre la procrastination à l'air d'être bien mal partie pour cette année encore.. ! :S).

On a pu entendre quelques fois, tout au long de cette année passée, que nous allions "droit dans le mur", 
la fin du monde approchant, padadi, padada, etc.  
Bon, au final il n'y a rien eu de particulier, 
mais ça a pu inciter à en voir quelques-uns de plus près, histoire de mourir moins bête  
 (enfin vous me direz, c'est déjà idiot à la base de prendre une expression au pied de la lettre...)
et puis il y en a des plutôt jolis...

Voici donc un des multiples murs que j'ai pu croiser en 2012.  
Celui-ci a été imaginé par Hundertwasser entre 1983 et 1986, et visible à Vienne.
 
Enfin bref, tout ce message (encore une fois) des plus maladroits (au moins, de ce côté là, ça ne change pas trop non plus..! ;))  
pour vous souhaiter une bonne année 2013, sereine, et remplie de petites choses, 
qui malgré les passages parfois ternes de la vie, l'illumine et l'égaille de part et d'autres... 
(Un peu comme ce mur, parmi d'autres murs).
En espérant avoir de vos nouvelles bientôt, et encore bonne année !
 
Kezako.

[Ps : Ne pensez pas que je suis toujours défaitiste, hein, mais en tirant sur les cordes de l'inspiration, ce n'est pas toujours ça... !]