samedi 5 mai 2012

Réflexion (stupide), ou l'Homme et le rapport à l'Art...

Bonjour,

Bon, je vous avais annoncé il est vrai un sujet plus long -qui devait soit dit en passant porter sur le Cinéma...- mais ça ne sera pas pour ce coup-ci du coup
(cela dit, ce n'est que partie remise, hein...).

Cela dit, restons dans le domaine de l'Art...

L'autre jour, je suis tombée sur cette citation de David Lynch :

David Lynch

" Je ne vois pas pourquoi les gens attendent d'une œuvre d'art qu'elle veuille dire quelque chose, 
alors qu'ils acceptent tout à fait que leur vie à eux ne rime à rien. "
[Libération, 23 mars 1996]


Au premier abord ça peut paraître un peu agressif, mais il y a tout de même un fond de vérité.
Mais ça m'a surtout rappelé un séminaire de Théâtre en première année de Fac au fait.
 
Généralement, quand nous nous rendons dans une institution culturelle, voir une exposition dans un musée, ou bien une pièce de théâtre,
un spectacle de danse, une œuvre cinématographique voire même musicale,
il y a une question qui souvent nous taraude...
-et cela vaut plus souvent pour la catégorie des œuvres dites "contemporaines"...- :

"Qu'est-ce que ça veut dire ?"

autrement dit :

"Qu'est-ce que l'auteur a voulu dire à travers cette représentation (qui nous semble un peu suspecte...) ?"

Quand une peinture est si je puis dire "linéaire", conforme à une représentation de la réalité, ça va...
Mais à partir du moment où ça devient plus abstrait, là...

On a tous en tête le cas du fameux carré noir dans un carré blanc ; l'acteur nu pour on ne sait quelle raison sur scène, qui se met à réciter en continu une phrase incompréhensible ;  ou bien d'un plan-séquence de neuf minutes sur une planche de bois entraînée par les vagues (Un des dix courts métrage issu de Ten (2001) d'Abbas Kiarostami) par exemple, en restant plus ou moins interloqué devant...
Nous pouvons même ajouté l'incontournable planche de bois, si vous voulez.
 (J'avoue avoir joué sur les stéréotypes, pardon...).

 One and Three Chairs (1965) de Joseph Kosuth (ici)

Au fait,  si vous cherchez vraiment à comprendre ce qu'a voulu dire l'artiste-et en particulier en ce qui concerne l'art contemporain- il ne faut pas se demander directement "Qu'est-ce qu'il veut dire par là ?",
mais au préalable la question du  "Comment il a fait cela ?" :
Qu'est ce que je vois ? Comment c'est présenté, enchaîné...? .
Rien ne néglige les recherches annexes concernant les méthodes de travail,  la réflexion de l'auteur, le contexte, certes. 
Mais à partir de là, vous arriverez, en théorie, au "Pourquoi du comment"
(*pouit* sous le bras).

Et puis sinon, on cherche aussi par là à privilégier plus amplement le sensitif à l'intellect...
Alors pourquoi se poser tant de questions : laissez vous aller, ressentez, vivez, simplement... :)
(Et puis la première sensation est toujours à garder en mémoire, même en analyse...  ;)).

Bon c'est un peu brouillon et pas top-top, mais ce fut une simple parenthèse...
Et puis n'hésitez pas à enrichir, nuancer, contredire cette réflexion autant que vous voulez bien sûr !

En espérant que tout aille bien pour vous, et passez un bon week-end !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire