mercredi 18 avril 2012

Martin Scorsese, ou la Little Italy au Cinéma...

Martin Scorsese
Ne désirant pas vous reparler films d'animations tout de suite afin de vous éviter l'overdose (je ne sais pas ce que j'ai avec ce genre de films en ce moment...), je vous ai réaménagé un petit article fait il y a quelques années de cela...).
Parce que avant de faire des longs, le "maestro" a fait des courts-métrages
(notamment surréalistes...), ainsi que des documentaires, en voici quelques-uns que j'avais envie de vous faire partager...


What's a Nice Girl Like You Doing in a Place Like This ? (1963)
Avec Sarah Braveman, Zeph Michelis, Fred Sica, Mimi Stark et Robert Uricola.


Algernon, un écrivain que ses amis appellent Harry, achète une toile représentant un bateau sur un lac et dont la particularité est son incroyable réalisme à la limite de l'obsessionnel...
What's a Nice Girl Like You Doing in a Place Like This ? (1963)
(Désolée, je n'ai pas réussi à trouver sous-titré...)


The Big Shave (1967)
Avec Peter Bernuth.
 
The Big Shave (1967)
"Une salle de bain d'un blanc immaculé. Arrive un homme torse nu qui commence à se raser. Première coupure. Plus l'homme se rase, plus il se coupe, plus l'hémoglobine se répand..."

(Ne vous inquiétez pas pour les sous-titres ici, c'est muet...)
(Attenzione : Ame sensible (et/ou qui ne supporte la vue du sang...) veuillez plutôt vous abstenir...)
Ce dernier est revendiqué comme "le" film qui a lancé de nouveau la vague des jeunes cinéastes indépendants du "Nouvel Hollywood", au début des années 70 
(Brian De Palma, Francid Ford Coppola, Steven Spielberg, Georges Lucas, etc.).

Au fait, "The Big Shave marque l’envie d’une nouvelle génération de faire « table rase »  de l’ « immaculé » american dream véhiculé par le Cinéma Classique, en y inscrivant et révélant les cicatrices d’une nation meurtrie, en plein désarroi, au cours de la Guerre du Vietnâm..."
(dixit moi et mes lectures)
... 
...
 ...
Bon après évidemment, si on réfère aux propos de Scorsese, évidemment ...






"Consciemment, ce film était un cri de colère contre la guerre du Vietnam. Mais en vérité, quelque chose d'autre se passait en moi qui n'avait rien à voir avec la guerre. Je pense simplement que c'était une très mauvaise période de ma vie."
[Martin Scorsese]
(..."Au fait j'étais totalement déchiré, que le lendemain matin je me suis rasé comme un sagouin, 
le tout alors que je détenais mon record de barbe...
Non bon ok ça va, je sors... Pardon...).






 En tous les cas, si vous désirez une analyse plus détaillée du film, je vous invite à aller par ici. 
Si vous souhaitez enfin en savoir un peu plus sur ces courts métrages, un DVD existe (Editions Fnac, "Les Introuvables") 
regroupant trois de ses premiers courts (dont deux postés juste au-dessus ; il manque juste It's not just you, Murray ! (1963)) 
et deux longs, plus axés documentaires  :

Italianamerican (1974)
interview de ses parents 
-avec en prime au générique la recette des spaghettis bolognaises de la "Mama" (!)
que vous pouvez voir cependant en Vo sur la toile (5 parties)

Italianamerican (1974)
(Lien vers la première partie ici)

Ainsi qu' American Boy : A Profile of Steven Prince (1978)
sur Steven Prince, acteur et ami du réalisateur notamment... (Vo ; 6 parties)
 
American Boy : A Profile of Steven Prince (1978)
 ici
(Lien vers la 1ère partie)
ou là  
(directement en intégralité, si vous préférez...)
 
A très bientôt, et surtout n'hésitez pas à me dire ce que vous souhaitez figurer ici ! :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire