vendredi 30 mars 2012

Session Courts : Harvie Krumpet d'Adam Elliot (2003)


J'avoue mettre beaucoup de court-métrages actuellement, mais ça devrait évoluer un peu d'ici là, pas d'inquiétude !
(Cela dit n'hésitez pas à le signaler si vraiment ça vous barbe...).

Vous avez sûrement entendu parler il y a quelques années de cela de Mary et Max (Mary and Max, 2009) de l'australien Adam Elliot, qui a obtenu un certain succès au Festival d'Animation d'Annecy (Cristal du Long Métrage, obtenu ex-æquo avec Coraline d'Henry Selick), et lors de sa sortie en salle...?
Non ?

Mary et Max (2009)
Et bien si vous avez aimé, ou si vous ne connaissez tout simplement pas et souhaitez en découvrir un peu plus, je vous incite à regarder l'un de ses premiers courts-métrages, Harvie Krumpet (2003).

 Cliquez ici pour voir Harvie Krumpet (2003, Vostfr) 

L'univers de l'animateur et réalisateur australien est puisé essentiellement dans son quotidien, auprès de ses proches, présents comme passés (si vous avez, ou avez eu la chance de regarder les bonus présents sur le DVD de Mary et Max, Adam Elliot avoue qu'il n'arrive pas à créer ses personnages en les inventant intégralement). 
Ainsi, Max est issu de son ancien correspondant new-yorkais, juif gourmand touché par le syndrome d'Asperger, ou pour ses tous premiers courts-métrages de son oncle (Uncle, 1996), de l'un des ses nombreux cousins (Cousin, 1998), ou de son frère (Brother, 1999).

(Les vidéos suivantes sont en Vo).


 Uncle (1996)

 Cousin (1998)

 Brother (1999)

Par leurs différences, leur singularité, Adam Elliot nous en fait des personnages vraiment attachants...

Mon discours est encore une fois maladroit, mais n'hésitez pas à me signaler si quelque chose ne va pas, hein... :)

En espérant que cela vous ait plu, je vous souhaite un agréable après-midi, ensoleillé !
(C'est bientôt le week-end, courage !).

mercredi 28 mars 2012

Session Courts : La Révolution des Crabes d'Arthur de Pins (2004)

(Bon, à cette heure-ci je devrais être vraiment entrain d'avancer mon mémoire...
 La procrastination serait-elle le mal de ce début de XXIème siècle... ?).
 

 "Aaaaah la pêche aux..."

En cette période d'élection présidentielle, de chaos "pré-apocalyptique"  
(bon, ces propos sont à modérer, certes...Les Mayas ont annoncés la fin d'une "ère", qui se finirait par une catastrophe (espérons d'origine naturelle) : incendie, tremblement de terre, etc. Mais qui dit fin dit en théorie début d'autre chose... Et puis certes, leur calendrier s'est arrêté en 2012, mais ils ont calculés déjà bien loin... Non ? * Fin du blablabla*), de batailles idéologiques, de coups croques en jambe, de fromage de brebis, de "pousse moi pas", de "tarta'tronche dans les urnes"  et j'en passe (de toute façon, vous voyez aussi bien - si ce n'est bien mieux ! - que moi ce qui se passe actuellement...); pourquoi ne pas parler pavés, sable, carcasse, "tournage" en rond, autrement dit, de révolution...?

Et c'est peut-être l'une des plus anciennes...
... celle des crabes....(?)

Bon, mon entrée en matière est des plus clichées et pas terrible pour introduire ce court-métrage, je vous l'accorde, néanmoins (néanmoins...!), il en vaut le coup d'oeil 
(et il vaut bien mieux encore une fois que mon introduction maladroite... ).

La Révolution des Crabes (2004)



 Synopsis 

Dans les eaux marronâtres de l'estuaire de la Gironde, entre les rochers repeints au fioul et le sable vaseux qui abrite les meilleures huîtres du monde, personne ne se doute de la tragédie qui nous frappe, nous les "crabes dépressifs...

Si vous désirez voir le court-métrage dans son intégralité, je vous invite à cliquer ici

Le film a été réalisé par l'auteur et illustrateur de bande-dessinée Arthur de Pins (séries des Péchés Mignons, Zombillénium notamment).
Prix du Public au Festival d'Annecy en 2004, La Révolution des Crabes va avoir bientôt droit à son adaptation sur grand écran (La Marche des Crabes), toujours réalisé par son auteur, et à son adaptation Bd, en trois tomes.
(N.B. : Les deux premiers tomes sont déjà sortis).

Vous pouvez aussi visualiser un court-métrage plus antérieur, toujours de De Pins, Géraldine (2000) là.

Géraldine (2000)

En espérant que cela vous ait plus, je vous souhaite une bonne fin d'après-midi !
(Et encore désolée pour les maladresses...). 

jeudi 22 mars 2012

Session Courts : George Lucas in Love (1999)


George dans George Lucas in Love (1999)

Bon, au premier abord, vous pourriez me dire :
-"Quoi, encore une énième vidéo sur Star Wars ?! 
Mais "flûte" quoi... (restons poli...) Y'en-a-marre...!"
Ou autres, hein... Positives comme négatives d'ailleurs.

Cependant, sachez que c'est peut-être l'un des seuls courts-métrages sur le sujet que le principal intéressé -autrement dit George Lucas himself...- a apprécié.

Développons un peu tout ça...

L'histoire

En 1967, alors qu'il n'est encore qu'un étudiant, George Lucas tente désespérément de terminer l'écriture d'un scénario alambiqué afin de pouvoir obtenir son diplôme. Il rencontre Marion, une fille à la coiffure originale, qui l'encourage à écrire sur ce qu'il connaît afin de mieux trouver l'inspiration.
(Par contre désolée pour la source, je l'ai perdue... Du coup j'ai repris sur mon ancien blog, bref...).
 
Si cela vous semble intéressant, vous pouvez visualiser le court-métrage 
dans son intégralité (et en Vostfr !) ici.


Autrement, il est possible de le retrouver en DVD, avec 5 autres court-métrages 
il me semble...

Et puis si vous désirez plus de détails sur sa conception, 
je vous conseille vivement d'aller lire l'article de Culture Confiture.




 Et... "Que la force (et la farce) soi(en)t avec vous !"


mercredi 21 mars 2012

Bob Willoughby, ou l'envers du décor...

Bob Willougby : quelques appareils photos, une petite moustache, et un large sourire...

Comme pour beaucoup d'artistes cachés derrières leurs objectifs, leurs crayons, pinceaux, vous ne connaissez peut-être pas son visage, 
néanmoins vous avez peut-être déjà vu ses oeuvres quelques part... 

A son palmarès ?
De grands noms du cinéma comme de la musique, de la fin des années 40 au début des années 70 : 
Humphrey Bogart, Liz Taylor, Richard Burton, Louis Amstrong, James Dean, Kim Novak, Dustin Hoffman, Katharine Hepburn, Alfred Hitchcock, Marylin Monroe, 
et j'en passe...
Vous avez cependant peut-être plus facilement croisé ses photos de Jean Seberg et d'Audrey Hepburn, amies proches du photographe, 
dont cette dernière avait particularité d'être sa principale "muse"...

Voici quelques-unes des ses photographies, principalement de plateau, mais aussi de studio...

Vincente Minnelli, Gene Kelly et Eric Carpenter sur le plateau de Brigadoon (1954)
James Dean sur le tournage de La Fureur de Vivre de Nicholas Ray (Rebel Without a Cause, 1955)



Dustin Hoffman sur le tournage de Le Lauréat de Mike Nichols (The Graduate, 1967)

Mia Farrow et Roman Polanski sur le tournage de Rosemary's Baby (1968)
Jean Seberg
Audrey Hepburn (1953)
Billie Holiday au Tiffany Club (1951)
 
Né en 1927 à Los Angeles, le photographe s'est éteint en 2009, à Vence, dans le sud de la France, des suites d'un cancer.

En-dehors de ces divers domaines artistiques, le photographe s'est aussi intéressé à la vie quotidienne à travers le monde, et à la photographie couleur.

Si vous désirez de plus amples détails, je vous incite à aller voir son site officiel - particulièrement bien fait-, éventuellement aussi sa page Facebook, ainsi que les autres sites qui m'ont aidé à réaliser cet article.

Bob Willoughby, à la manière de Orson Welles dans Citizen Kane...(?) (photo)


Quelques photos, trouvées en complément de son site officiel 

Bonus Audrey Hepburn 
Ici et ici