lundi 12 janvier 2015

Bilan d'écran(s)

"Bon les gars, on récapitule... " *


A l'aube de la nouvelle année, il est coutumier de comptabiliser, 
voir de classer les films appréciés au cours des douze mois passés...

N'étant pas déjà pas très douée pour critiquer un film à sa juste valeur 
-et étant une nouvelle fois à labour sur le timing (!)-
voici un petit bilan tâchant d'être récapitulatif de cette année 2014...


Allez, c'est parti...! **

Pour commencer, il faut bien l'admettre, je n'ai pas su tenir correctement mes cahiers à jour (Rumpf).
Ainsi, alors que je crois n'avoir jamais autant visionné de vidéos (DVD et numériques), 
la procrastination rédactionnelle a encore fait des siennes : 
entre crayons mines mal taillés, pannes sèches de stylos, 
et une distance (toujours) trop grande entre bureau et divan (...vous ne trouvez pas ?)
je ne puis dès lors vous donner le  nombre total exact de films visionnés au cours de l'année (toutes catégories confondues)...

Heureusement (heureusement...!)
-et ce malgré le passage grandissant au tout numérique que nous pouvons parfois critiquer...-
le Cinéma a toujours cette belle initiative de tendre, à l'entrée de la salle, 
ce doux rappel mémoriel (plus ou moins épais, et plus ou moins (trop) grand ;  
ô grand réseau d'exploitation aux trois lettres, tu ne fais peut-être pas dans l'esthétique, mais sache que le tien ne tient pas toujours dans le porte-carte que tu fournis...), 
qu'est le ticket... (!)

De ce fait, nous pourrons affirmer (sans pour autant délaisser une petite marge d'erreur toutefois...) 
que le nombre de films vus en salle est de... 73.


Oui oui, il y a mieux, il y a mieux...***


Après, en plus d'être bien souvent en tardive au moment de la sortie...

Dallas Buyers Club (Jean-Marc Vallée) Only Lovers Left Alive (Jim Jarmusch) / Le Vent se lève (Hayao Miyazaki)/ Wrong Cops (Quentin Dupieux)/  
Eastern Boys (Robin Campillo) / Jimmy's Hall (Ken Loach) / Mommy (Xavier Dolan)


Eric Judor dans Wrong Cops (Quentin Dupieux ; photo du Blog Sans Raison Fixe)

...-bien qu'il arrive que parfois, ce soit un peu plus tôt,...

Les Amants électriques (Bill Plympton ; et ce, par deux fois...!) / Aimer, boire, et chanter (Alain Resnais) / L'incomprise (Asia Argento)

Coup de foudre imminent pour Les Amants électriques (Cheatin') de Bill Plympton... (via le Cinéma Le Louxor)
  
... ou tout simplement à l'heure-,...

Nymphomaniac : Partie 1 (Lars Von Trier) / Nymphomaniac : Partie 2 (Lars Von Trier, toujours) / The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)12 Years of Slave (Steve McQueen) / Her (Spike Jonze) / La Chambre Bleue (Mathieu Amalric) / Bird People (Pascale Ferran) / Black Coal (Yi'nan Diao) / Tristesse Club (Vincent Mariette) /  
Le conte de la princesse Kaguya (Isao Takahata) / Under the Skin (Jonathan Glazer) / Blue Ruin (Jeremy Saulnier) / Les Combattants (Thomas Cailley) / Hippocrate (Thomas Lilti)/ Gone Girl (David Fincher) / Bande de Filles (Céline Sciamma) / Magic in the Moonlight (Woody Allen) / Marie Heurtin (Jean-Pierre Améris) / Interstellar (Christopher Nolan)/ Paddington (Paul King)/ Astérix et le Domaine des Dieux (Louis Clichy et Alexandre Astier)/ Le Chant de la Mer (Tomm Moore)

Blue Ruin (Jeremy Saulnier) (via le London Evening Standard)


...une autre fâcheuse tendance s'avère d'aller voir des ressorties.

Blue Velvet (David Lynch, 1986) Portrait of Jason (Shirley Clarke, 1967)/ Bonnie and Clyde (Arthur Penn, 1967) / Un tramway nommé désir (Elia Kazan, 1951) /  
The Lunchbox (Ritesh Batra, 2013)/ Bonjour (Yasujiro Ozu, 1959) / Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953) / Casino (Martin Scorsese, 1995)/ The Master (Paul Thomas Anderson, 2012 ; en 70 mm)/ Lola (Jacques Demy, 1961) / Metropolitan (Whit Stillman, 1990) / Paris, Texas (Wim Wenders, 1984) / Les Amours Imaginaires (Xavier Dolan, 2010) / Laurence Anyways (Xavier Dolan, 2012)/ Tom à la ferme (Xavier Dolan, 2013) / Monty Python : Sacré Graal ! (Terry Gilliam et Terry Jones, 1975) / Le Bal des Vampires (Roman Polanski, 1967) / Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974)/ Trains étroitement surveillés (Jiri Menzel, 1966)



The Lunchbox (via le FreePressHuston )


Autrement, il y a les films qu'on ne serait peut-être pas allé voir spontanément sans les amis...

My Sweet Pepper Land (Hiner Saleem)/ Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ? (Philippe de Chauveron) / L'Arnaqueur (Robert Rossen, 1961) / Léviathan (
La Légende de Manolo (Jorge R. Gutierrez) / Winter Sleep (Nuri Bilge Ceylan) / Saint-Laurent (Bertrand Bonello)/ Vie Sauvage (Cédric Kahn)/ Hunger Games (Gary Ross, 2012) / Hunger Games : L'embrasement (Francis Lawrence, 2013) / Eden (Mia Hansen-Love) / Timbuktu (Abderrahmane Sissako) / Qu' Allah bénisse la France (Abd Al Malik)



My Sweet Pepper Land (via Baz-Art)

... ou les réseaux sociaux.

The Spectacular Now (James Ponsoldt) / States of Grace (Destin Daniel Cretton) / Patema et le monde inversé (Yasuhiro Yoshiura)/ L'île de Giovanni (Mizuho Nishikubo)
Ugly (Anurag Kashyap)/ Boyhood (Richard Linklater) / Maestro (Léa Fazer)/ Le Garçon et le Monde (Alê Abreu).


Le Garçon et le Monde (ici)


L'année fut également ponctuée de rencontres, 
plus formelles, en Masterclass comme celles de Charlotte Gainsbourg en Février, 
de Ken Loach en Juin (Forum des Images), et de Bill Plympton  (!) ;  
comme informelles (et plutôt internautes), 
et toutes autant sympathiques les unes que les autres (même si la timidité fait parfois défaut) ! :)

Masterclass de Charlotte Gainsbourg (12/02/2014)
Masterclass de Ken Loach (11/06/2014)

Sinon, tout en ayant pour thématique le Cinéma, notons quelques textes épars, à l'occasion d'anniversaires "bloguesques" : 
l'un ayant soufflé sa première bougie (dédicace à CClandestine, ici ou là  ),  
et l'autre sa première dizaine... (Doc Orlof, déjà évoqué préalablement ici ou) ; bravo ! :)


Voilà, en somme, ce que nous pouvons dire de l'année 2014, en ce qui concerne le 7ème Art sous ses diverses formes...


Une résolution pour 2015 ?
Hum, toujours plus de découvertes et de rattrapages (?)
Autrement, bâh :
" la même chose que chaque année, cher lecteur : tâcher d'être plus productive sur le blog !" ;)


Hop-hop-hop ! **


Vis-à-vis des événements actuels, il est difficile de vous souhaiter une année digne de ce nom ;
néanmoins je vous la souhaite des plus solidaires, tolérantes, et humainement épanouissante.
Une année pleine de partage, de discussions, d'écoute, d'entraides, de soutien...
(Au passage, merci d'être encore quelques-uns à passer par ici, c'est gentil... :) )
A bientôt...
  

Notes : Photos issues du tournage de la série Freaks and Geeks (1999-2000), par Vanity Fair ()
* James Franco, Jason Segel, Seth Rogen, Paul Feig, Linda Cardellini et Judd Apatow /** Linda Cardellini et John Francis Daley /
*** John Francis Dailey, Samm Levine & Martin Starr  / **** Jason Segel et John Francis Daley

07/01/2015

Paysages, dévasté dans Le Monde, la Chair et le Diable... (source)


Nous sommes le matin,il est onze heures.

Et je me tâte à commander deux films :
 Le Monde, la Chair & le Diable (Ranald MacDougall, 1959), et La Porte du Paradis (Michael Cimino, 1980).


... des plus bleutés pour La Porte du Paradis... (source)


J'hésite, me ravise, ça tourne en rond ;
Je m'interroge, on tend à me rassurer...


 -" Hum... Oh puis non...Mais...Rhâ, quoique... ça vaut le coup ?" 
-  Chef d’œuvre , fonce !
- D'accord, merci ; check !"

Et ça clique. 
(Puis ça papote sur une blague,  à partir d'un souvenir de Rosemary's Baby, histoire d'en rajouter inconsciemment une couche...)


Le tout pour finalement, peu de temps après, se prendre une 
(grosse grosse grosse...) claque dans la tronche...
(Et ce, même pas par le banquier).


Si j'avais su que ces titres seraient aussi prophétiques (si on peut considérer cela ainsi...)
et à l'impact si conséquent...

Punaise...
 

jeudi 7 août 2014

Interlude

Dowtown Abbey, Hugh Bonneville et Dan Stevens

  (Voilà, voilà ; j'arrive, j'arrive, j'arrive...)


Pardon pour cette relative absence, c'est un peu chaotique en ce moment...
(Espérons que le mémoire qui traîne depuis deux ans maintenant voit véritablement le jour...
J'espère de ce fait vous en parler plus longuement lorsqu'il sera terminé)


Néanmoins, quelques petites choses se sont produites au cours de ces derniers mois ; 
des visionnages de films, et de séries -toujours-
mais on a fêté (quoique, on fête toujours !) les dix ans du blog de Doc Orlof (!)


 ("Quoi ?!  Je t'avais dit pas de cadeau ! Hum, bon... qu'est-ce que ça peut bien être...Râah, mais donne-le, bon sang !") 

(Si le nom à première vue ne vous dit rien, vous connaissez sans doute son frère (qui a d'ailleurs fait ses petites illustrations) ;
 mais sachez également que la fratrie en général est fort prolifique (hop, hop, et hop-là) !)


Accessible à toutes et à tous, la curiosité -cinéphile, mais pas que...- du Docteur est telle 
que vous trouverez certainement votre bonheur parmi ses différents articles, 
allant de la production hollywoodienne à l' "artillerie lourde", 
jusqu'au plus obscur film de série Z...


Après cela, je suis sûre vous en redemanderez !
(Ou du moins, gardez le sous le coude (si si si...) ;) ).


Vous pouvez également -si le cœur vous en dit...- 
contribuer à lui offrir un petit cadeau d'anniversaire, 
ce qui lui fera certainement très plaisir, et il n'est pas trop tard (non non non...!).
(D'ailleurs, à ce propos, vous y trouverez sûrement, en farfouillant un peu, mon modeste présent.)
(C'est la première fois que je partage une contribution sur un autre blog que celui-ci, et la sensation est très étrange,
-surtout sur un blog aussi apprécié et regardé... :S-)

En espérant que tout aille bien pour vous en tous les cas, 
et j'espère à très bientôt (promis) !
Bi-zouh (!)